Harcèlement sexuel

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les femmes et les animaux victimes d’une campagne d’affichage cynique

Le PACTE, parti politique antispéciste, salue l’initiative d’une campagne pour la lutte contre le harcèlement sexuel dans l’espace public.

S’y sentir en sécurité, se déplacer sans peur est essentiel et devrait aller de soi.

Nous ne devrions jamais minimiser le harcèlement nous dit cette campagne, et nous ne pouvons qu’être d’accord sur ce point. Pourtant, minimiser le harcèlement est ce que font ces affiches qui ont envahi nos gares et métros.

En effet, malgré l’intention louable, cette campagne est un véritable camouflet et nous plonge dans l’incompréhension la plus totale de par son aspect oppressif, sexiste et spéciste.

Nous apprécions la mise en place d’un dispositif et la transmission d’informations aux victimes et témoins d’agressions, qui donnent notamment aux témoins des clefs pour ne pas rester passifs. L’idée de mettre en lumière les sentiments d’insécurité et d’isolement face à l’inaction dans un train bondé ou une gare déserte, nous parait bonne, mais l’idée d’utiliser des animaux et de recourir aux notions de nature et de prédation est insoutenable.

Nous ne pouvons que condamner cette image donnée des animaux, dont certains appartiennent à des espèces quasi éteintes.

Les présumés prédateurs affichés que sont le requin, l’ours et le loup sont également victimes du harcèlement des comportements de l’espèce humaine.

Le requin tue accidentellement, non pour une question de prédation, 8 à 10 plongeurs ou surfers par an et cela est souvent dû à leur imprudence. L’humain tue chaque année environ 110 millions de requins, victimes des méthodes de pêche intensive ou prélevés pour l’alimentation (souvent uniquement l’aileron, le « reste » étant rejeté à la mer par les pêcheurs !).

L’ours est chassé pour le sport, le trophée, ou dressé et exploité dans des cirques ou d’autres spectacles (après avoir été dégriffé…).

Le loup est chassé pour sa fourrure. Sa prédation en France sur les troupeaux d’élevages est grandement amplifiée par l’ONCFS et la FNSEA afin de servir les intérêts des éleveurs et générer leurs indemnisations.

Représentés sous les traits de puissants (et virils ?) prédateurs par ces illustrations, les harceleurs n’ont vraiment pas de quoi se remettre en question.

Ainsi, le PACTE déplore et s’oppose fermement à la représentation adoptée, qui témoigne d’oppressions tellement enracinées dans notre société qu’elles nous rendent incapables de nous en détacher pour faire une campagne d’affichage non oppressive.

Est-ce pour autant une fatalité ? Pas à notre sens, pour peu que nous nous engagions sur le chemin d’une éducation empreinte de respect dès le plus jeune âge et exempte de stéréotypes toxiques.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »